Le but de ce projet était de créer une nature morte augmentée à partir d’objet en fil de fer.

Ainsi, nous avons commencé par réaliser des maquettes (en fil de fer) en rendant compte de la forme générale et des zones de préhension de nos objets. Par la suite, nous devions imaginer une causerie capable de les animés et leur attribuer un caractère pour leur donner plus de vie. Notre phrase de départ était : Bon à qui est-ce le tour de payer l’addition ?

Ainsi, pour donner concrètement vie à nos objets, nous avons étudié les cartes Makey Makey, une carte de programmation.

Ces dernières nous ont permis de programmer des dialogues et de donner la capacité d’activer les objets en fer par contact physique. Pour les faire fonctionner, nous avons travaillé avec un logiciel de programmation : Scratch. Il est simple, intuitif et accessible à tous.

Le principe consiste à donner une commande particulière. Il peut s’agir d’émettre un son, de déplacer un visuel… Afin d’ouvrir une interaction entre un objet physique et une interface numérique. 

Une fois les bases de scratch acquises, nous avons enregistré nos textes sur le logiciel grâce à l’enregistrement vocal. Nous avons également utilisé des tons et expressions différents afin de renvoyer une image plus vivante de ces objets inanimés. Pour d'apporter plus d’éléments à notre scénette, nous avons ajouté des fichiers son dans la programmation, tel que des bruits de fond d'un restaurant ou encore un son d'alerte. Pour simplifier les déplacements des objets nous avons décidé sur l’interface scratch d’activer un seul lutin. Cela a permis de laisser place à la mise en scène sans contrainte et d’activer qu’une seul fois les objets de la nature morte. Une colonne correspond à une séquence de la scène ou un personnage. 

Après avoir enlevé toutes les contraintes du logiciel, nous nous sommes attaché à la mise en scène et nous avons réfléchis de quelle manière nous pouvions rendre notre scénette vivante. En parallèle, l’analyse de références nous a permis d’enrichir notre causerie et de nous aider à trouver notre mise en scène. 

Après plusieurs essais, nous avons réalisé une captation vidéo où l'on devait manipuler nos objets pour réaliser notre scénette finale. Vient ici tout l'intérêt de n'avoir attribué qu'une seule colonne par personnage et séquences. Nous n'avons pas eu la peine de réactiver (par toucher) chaque phrase prononcée par nos personnages, une fois activé et grâce au « jouer le son dans X secondes » que propose le logiciel de programmation, le dialogue défile tout seul. Ceci nous a permis d'éviter le problème d'activations erronées pendant qu'on manipulait nos objets.

Les différentes étapes de ce projet se sont réalisées dans les locaux du Fablab qui nous a permis l’accès aux cartes Makey Makey et aux différents espaces qu'ils proposent. 

Tags:
Créé par Noé Guillebaud le 2019/03/14 15:40